English Deutsch Francais
A A A

Accueil



Deuxième conférence biannuelle du Réseau européen de recherche sur l'avant-garde et le modernisme (EAM)
9-11 semptembre 2010 – Adam Mickiewicz Université, Poznań, Pologne

Le second colloque EAM se donne pour but de revoir la relation entre la haute et la basse culture dans l’avant-garde européenne et dans les pratiques artistiques de la modernité. Nous voudrions donc inviter tous les participants à porter un regard nouveau sur cette question et en examiner quelques aspects :
1. Depuis un certain temps déjà, i’influence de la culture populaire sur la production textuelle et artistique de l’avant-garde et du modernisme fait l’objet de nombreux débats. Quels sont les formes et les thèmes de la culture populaire qui ont inspiré l’agenda esthétique et poétique du modernisme et de l’avant-garde ? Quelles sont les stratégies populaires de représentation qui ont influencé l’avant-garde et le modernisme et qui méritent notre attention aujourd’hui? Quels aspects intermédiaux faut-il examiner dans ce contexte? Comment l’avant-garde et le modernisme ont-ils été accueillies dans la presse et les autres médias de masse? Et quel est le rôle du kitsch à l’intérieur de cette constellation ?
2. Dans quelle mesure les poétiques et les esthétiques modernistes et avant-gardistes ont-elles été déterminées par la culture de consommation? Quels sont les aspects de l’avant-garde et du modernisme ayant confirmé les attentes et les lois qui régissent le marché? Comment les écrivains, les théoriciens et les praticiens de l’art ont-its résisté, individuellement ou collectivement, à la culture de consommation? Peut-on discerner des évolutions dans l’attitude des écrivains et des artistes d’avant-garde par rapport au capitalisme après la seconde guerre mondiale ? Et comment ces évolutions se rapportent-elles à l’évolution du capitalisme? Quel serait, dans ce contexte, l’apport des avant-gardes de pays européens où le capitalisme a connu un développement plus lent? La tension entre l’avant-garde/le modernisme et le capitalisme a varié énormément en raison des différentes conditions économiques, sociales et politiques à travers l’Europe. Ces différences autorisent-elles des histoires alternatives de l’avant-garde et du modernisme européen, qui seraient non seulement attentives à la division Est/Ouest, mais aussi à la spécificité du soi-disant bloc de l’Est?
3. Dans quelle mesure les avant-gardes et les modernismes sont-ils devenus une eux-mêmes partie intégrante de la culture populaire et de consommation? Comment les pratiques et les esthétiques avant-gardistes et modernistes déterminent-elles les contours de la culture populaire actuelle? Quels sont les processus et les institutions qui ont conduit (et qui conduisent) à l’intégration de l’avant-garde au canon culturel et aux courants principaux du marché international? Et que dire des tentatives avant-gardistes récentes de résister à une pareille incorporation et à sauvegarder ainsi une part de l’héritage du modernisme et de l’avant-garde?